Le tricot: une activité ancestrale et thérapeutique

laine

Dans les temps anciens, beaucoup de femmes passaient de longues heures à tricoter des vêtements. Cet art qui consiste à enmêler la laine à l’aide de deux crochets, se transmettait toujours de mère en fille. Le fait de perpétuer ce savoir faire a été bénéfique pour la terre entière, étant donné que jusqu’à nos jours, ces vêtements sont les privilégiés pour le grand froid d’hiver. Certains hommes se sont lancés à cet apprentissage, et pour certaines entreprises texctiles, les systèmes sont déjà tous instrumentalisés. Cet art a étonnamment des vertus thérapeutiques, que nous énumèrerons pour vous dans la suite de cet article.

laine

Le pouvoir thérapeutique du tricot

On n’imagine pas vraiment ce coté thérapeutique dans le fait de tricoter des vêtements. Et pourtant, il existe réellement des vertus très subtiles.
Le tricot a l’art d’améliorer l’humeur et le mental de ceux qui le pratique. Lorsque vous le pratiquez seul(e), vous entrez sans le savoir dans une phase d’introspection qui vous fait refléchir et méditer sur vos pensées les plus profondes, tout en profitant du moment présent et de l’ambiance de l’entourage. Le cerveau libère donc des endorphines qui vous détendent et génèrent en vous une sensation de bien être. Tricoter developpe des activités motrices, stimule la concentration et la créativité. Le tricot signifie pénétrer dans un univers de sensations : la texture, la douleur, l’odeur, la douceur et la tiédeur de la laine exercent une influence positive sur notre esprit. C’est pour cela qu’il est possible de surmonter des pertes et de résoudre des problèmes pendant cette activité.

Le don de sang; Les précautions bonnes à savoir

don de sang

Nous avons tous vécu ou eu ce moment où un ami ou un proche de la famille, a eu besoin d’une transfusion sanguine. Nous voulons toujours aider, ce qui est normalement compréhensible. Mais avant de se lancer dans une quelconque aventure salutaire, il faudra bien au préalable, remplir des conditions et des critères bien spéciaux. Il y a des critères propres à la gente féminine, du fait de leur santé particulière. Mais il existe aussi des critères communs aux deux (02) sexes. Voyons ensemble dans la suite de l’article ce qu’il faut faire (ou ne pas faire) pour pouvoir donner son sang.

 

Les règles propres à la gente féminine pour un don de sang

Être une femme vient avec son lot d’avantages, comme profiter de la galanterie des hommes, mais ça s’accompagne aussi de son paquet d’inconvénients. Pour donner son sang, la femme se doit de faire attention à certaines choses cruciales. Elle ne doit par exemple, pas donner son sang dans les deux semaines qui suivent ses règles. De même, après un accouchement, le femme ne doit pas aller faire un don de sang avant au moins six mois après avoir donné la vie.

don de sang

Les règles à respecter pour l’homme et la femme avant de donner son sang

L’homme et la femme sont ici aux mêmes règles d’hygiène. Il faut pas donner son sang si on a moins de cinquante kilogrammes (50 Kgs). Ne pas donner son sang avant quatre mois si on a un nouveau tatouage. Aussi des traitement mettant en avant du sang nécessitent un certain délai avant de donner son sang.